Aller au contenu Passer à la navigation principale Passer au pied de page

Église Saint-Germain au bourg de Glomel

L’église Saint-Germain (granit) est édifiée vers 1550. La tour et le transept datent également du 16ème siècle. La paroisse dépend de l’évêché de Quimper jusqu’en 1789. Au 19ème siècle la nef est reconstruite et le chœur restauré. Vers 1850, les verrières sont marquées aux armes des familles Perrien, Du Chastel, de Rosmadec et des autres prééminences de la paroisse.

Saint-Germain est envoyé au 5ème siècle comme défenseur de la foi en Grande-Bretagne. Devant l’empereur romain, il défend les bretons armoricains. On honore dans cette église Saint-Germain l’Auxerrois, protecteur des enfants. Aussi, jusqu’à la Seconde guerre mondiale, les enfants sont nombreux à venir pour le pardon, accompagnés de leurs parents. Ces jours-là le porche est rempli d’une foule de mendiant arrivés très tôt le matin. Encore aujourd’hui, le pardon qui a lieu le dernier dimanche de juillet, se termine par un Tantad, un feu de joie.

L’église abrite une statue de la Vierge à l’Enfant datée du 14ème siècle et un aigle-lutrin daté de la seconde moitié du 19ème siècle.

Église Saint-Corentin à Trégornan

Le 10 janvier 1682, François de Rougé, marquis du Hay et du Plessis-Bellière, rend aveu au roi pour son patronage et fondation de l’église triviale de Trégornan, dans laquelle il n’y a point d’autres armes que celles de la dite terre et seigneurie de Kerjean.

L’église Saint-Corentin, dédiée au patron de la Cornouaille, est trêve de Glomel, située dans la vicomté de Kerjean en Paule. A l’origine, elle fait partie de l’évêché de Quimper. Elle devient paroisse en 1836. Pendant la période révolutionnaire, le recteur Claude Tubulin est caché dans la paroisse avec l’aide des habitants. Pendant la journée, sa cachette habituelle est un monticule de tourbe dont l’entrée est imperceptible. Il dit la messe dans un hangar de Restauffret, et y célèbre les baptêmes et mariages.

L’église abrite un retable organisé de façon symétrique autour d’un tableau de la Sainte Famille et d’une statue du Christ ainsi qu’un ensemble de six panneaux comportant onze apôtres (il manque St-André). Ils sont sculptés en demi-relief.

eglise saint corenthin
eglise saint corenthin
eglise saint corenthin
eglise saint corenthin

Église à Saint-Michel

Cette église fait partie d’une ancienne trêve de la paroisse de Glomel, c’est-à-dire un quartier comprenant une chapelle. Elle date du 16ème siècle et porte les dates de 1619 et 1627 et dédiée jadis à l’Archange. En 1856 elle est restaurée.

Elle permet aux villages trop éloignés de l’église principale d’avoir leur propre lieu de culte et devient ainsi leur centre de vie.

Cette église renferme de curieuses sablières, des statues anciennes et une dalle funéraire aux armes de la famille Le Trancher de Bodennou. La poutre de gloire date du 17ème. On remarque dans une verrière, un écusson d’argent qui pourrait être celui de la famille de Benerven. Ces mêmes armes se retrouvent sur une pierre tombale.

Eglise St Michel
Eglise St Michel
Eglise St Michel
Eglise St Michel

Chapelle Sainte-Christine

Construite au XVIIème siècle avec réemplois de matériaux plus anciens, comme la porte de la façade Ouest, la fenêtre Est, et un élément de son vitrail du XVIème siècle représentant Sainte Christine, « Santé Cristin ». La Sainte, de trois quarts, tient dans sa main une palme ; sa jupe est ornée de motifs végétaux et floraux. Son manteau, drapé sur les épaules, a un ourlet brodé d’une frise d’ovales et de cercles. Elle est auréolée et coiffée d’un diadème qui retient sa longue chevelure dénouée. Sainte Christine fut martyre sous l’empereur Dioclétien. Il existe aussi une autre Sainte Christine, cousine de l’aveugle Saint Hervé, qui prit soin de son parent jusqu’à sa mort en 566. Elle-même mourut peu de temps après. Elle avait, selon la légende, « prié Saint Hervé de demander à Dieu, pour elle, la grâce de ne pas rester après lui sur la Terre ».

chapelle saint echristine

Chapelle Saint Conogan

Conogan, ancien évêque de Quimper, était un moine de l’abbaye de Landévennec. Édifice de plan rectangulaire du début du XVIème siècle avec clocher-mur du XVIIIème siècle. Mobilier : Selon la tradition, l’autel serait l’ancien de la chapelle de Kersaint-Eloy ; statues anciennes de saint Conogan, saint Pierre, saint Roch, sainte Marie-Madeleine ; La chapelle Saint Conogan. Implantée sur les bords de l’étang du Korong, elle est située sur un placître clos de murs sur la voie antique Carhaix Vannes. L’édifice est daté du début du XVIème siècle, comme en attestent les remplages flamboyants des baies. Toute la partie Sud, à gauche des traces de reprises, la façade Ouest, ainsi qu’une partie du mur Nord, ont été construits au XVIIIème siècle. Saint Conogan était moine à l’abbaye de Landévennec. A la mort de Saint Corentin, Conogan fut élu Évêque de Quimper par le chapitre de la Cathédrale.

chapelle st conogan
Aller au contenu principal